Une équipe responsable pour notre ville (groupe majoritaire)

Indigne de notre République !

Les actes de violence perpétrés en marge des manifestations des Gilets jaunes sont injustifiables et inadmissibles. Ils pénalisent lourdement les artisans et commerçants du centre-ville de Toulouse, ainsi que ceux des communes de la Métropole par ricochet. Ils remettent en cause nos institutions républicaines. Nous assistons dans notre pays à une montée de l’antiparlementarisme, de l’anti-élite, de la xénophobie et de l’antisémitisme. Profaner la mémoire de Simone Veil, d’Ilan Halimi, tagger la devanture d’une enseigne de restauration sont des actes scandaleux qu’il faut dénoncer et combattre unanimement.

La numérisation de notre société entraîne une désinhibition de certains individus qui, sous couvert de paroles anonymes, déversent leur haine des autres. Dans ces tristes moments, qui rappellent de sombres heures de l’histoire européenne, il nous faut plus que jamais convoquer les principes et les valeurs républicaines. Il appartient à chaque citoyen de rejeter toutes les formes de violence qui deviendraient un langage ordinaire, de faire obstacle à tout discours ou comportement qui insulte notre République démocratique.

Département et Métropole

Nous avons appris que les présidents des métropoles de Toulouse et de Nice avaient abandonné le projet de fusion avec leur département. C’est une décision de bon sens qui va permettre de pacifier les relations entre ces collectivités. Toulouse Métropole et le Conseil départemental de la Haute-Garonne vont pouvoir sereinement mettre en place l’accord de coopération signé en juin 2018, portant sur les financements conjoints en matière de transports en commun, protection de l’environnement, action sociale, construction de collèges et voirie ou ouvrages d’art (ponts…). Nous constatons avec satisfaction que grâce à la forte mobilisation de tous, l’intérêt collectif a primé.

BUN menacé

Suite au recours déposé par deux propriétaires fonciers de Launaguet, la cour d’appel de Bordeaux a annulé la Déclaration d’Utilité Publique sur un simple vice de procédure. Le projet est donc momentanément stoppé. Le ministère de l’Intérieur, soutenu par Toulouse Métropole, s’est pourvu en cassation. Nous sommes donc confrontés à des délais incompressibles (3 ans au mieux). En attendant, seules les acquisitions amiables peuvent se poursuivre. Quand on sait l’importance de cette voie de transport en commun en site propre pour le territoire nord toulousain, on ne peut que regretter le recours partisan qui a été engagé. Cependant, l’étude programmatique de notre cœur de ville tiendra compte du tracé du BUN, puisque le fond même du projet n’a jamais été remis en cause.

 


Ensemble pour Launaguet – Rassemblé (groupe minoritaire)

Il faut une très grande lucidité pour maintenir à flot les finances d’une commune, et ce n’est pas le cas à Launaguet, qui sont faites sans réalisme, sans clairvoyance.
Une stratégie financière ne saurait se limiter à des économies çà ou là, lesquelles par nature sont insusceptibles de dégager les marges de manœuvre à la hauteur des enjeux locaux.
Savoir que des millions de français sont dans la misère, qu’ils sont couverts de taxe et impôts, certains retraités ne perçoivent que 500 euros mensuels, nous désolent !
Notre pays se trouve dans une situation très critique et nous devons assurer une qualité de service et de vie pour tous.
Il convient donc de prendre des décisions majeures pour les investissements futurs et de s’y tenir car tant qu’on en restera là nous n’avancerons pas !
Georges Deneuville pour le groupe d’opposition

 

La loi de février 2002 concernant la démocratie de proximité prévoit les expressions politiques dans le journal municipal. Les textes et illustrations publiés dans cette page n’engagent que leurs auteurs.
  • Envoyer par e-mail

En un clic